Simuler sa future retraite en quelques clics

“ Les fonctionnaires peuvent utiliser le nouveau simulateur en ligne ”

Comme tous les actifs, les fonctionnaires peuvent utiliser le nouveau simulateur en ligne lancé par les pouvoirs publics pour connaître le montant de leur pension.

 

Les Français, dont les fonctionnaires, peuvent désormais avoir une idée assez juste de ce qu’ils pourraient toucher à la retraite. L’Union Retraite, le groupement d’intérêt public (GIP) qui rassemble les 37 régimes français de retraite, a lancé le 7 février 2017 une nouvelle version de son célèbre simulateur en ligne de pension M@rel. Alors que la première mouture se contentait de donner une estimation de la future retraite à partir des informations renseignées par l’internaute, la seconde s’appuie sur les données réelles de carrière de l’assuré. 

 

Non seulement les risques d’erreur ou d’oubli sont moindres comparé à une simulation déclarative, mais le nouveau M@rel agrège les droits acquis dans tous les régimes auxquels l’internaute a été ou est affilié. Rares sont les fonctionnaires à ne pas avoir eu des jobs d’étudiants pour financer leurs études, voire à avoir débuté dans le secteur privé avant de rejoindre la fonction publique. Mieux : l’outil prend en compte les règles spécifiques de validation de trimestres et de calcul de la pension en vigueur dans les régimes publics, y compris ceux d’entreprises ou d’établissements publics (SNCF, RATP, Banque de France, Opéra de Paris…). 

 

 

Données réelles 

 

La nouvelle version de M@rel est d’autant plus intéressante qu’elle est d’une grande simplicité d’utilisation. Il suffit de se connecter sur info-retraite.fr. Pour utiliser le simulateur, l’internaute peut soit se créer un compte personnel retraite, soit utiliser ses identifiants fiscaux (impots.gouv.fr), d’Assurance maladie (ameli.fr) ou d’identité numérique (idn.laposte.fr) via le dispositif sécurisé France Connect mis en place par l’Etat.

 

Plusieurs champs sont alors automatiquement remplis (nom, prénom, civilité, date de naissance, numéro de Sécurité sociale). L’internaute doit renseigner sa situation familiale (célibataire, marié, pacsé, divorcé, veuf…), le nombre de ses éventuels enfants, sa situation (en activité, au chômage, en maladie, en invalidité ou en disponibilité pour les fonctionnaires), sa catégorie-socio professionnelle (CSP) actuelle (dont la catégorie sédentaire ou active pour les agents publics), s’il travaille à temps plein ou à temps partiel et ses revenus professionnels mensuels.

 

 

Estimation selon l’âge de départ 

 

Une fois ces données validées, il peut connaître le montant estimé de sa future pension englobant tous ses droits à la retraite en fonction de son âge de départ à la retraite. Il peut mesurer ainsi l’impact s’il part à l’âge minimum (62 ans) ou plus tard.

 

L’estimation peut être réalisée en choisissant le scénario d’une carrière ascendante (le salaire va en augmentant), étale (à salaire constant) ou descendante (baisse progressive de la rémunération). L’internaute peut également introduire des périodes d’inactivité (maladie, chômage, formation…). 

 

 

 

Publication du 6 juillet 2017

TSLR