Retraites : un simulateur pour savoir si l’on est concerné par la réforme

“ GIP Union Retraite a lancé un simulateur en ligne ”

Le groupement d’intérêt public (GIP) Union Retraite, qui représente les 35 plus importants régimes de retraite (dont ceux de la fonction publique), a lancé le 18 décembre 2019 un simulateur en ligne permettant aux actifs de savoir s’ils seront ou non concernés par le futur système universel de retraites en points. L’internaute doit se connecter sur le site https://suisjeconcerne.info-retraite.fr/, puis indiquer s'il est déjà à la retraite ou s’il compte liquider ses droits avant ou après le 1er janvier 2037. Si tel est le cas, il est mentionné que sa retraite sera intégralement calculée selon les règles actuelles.

 

S’il pense partir après le 1er janvier 2037, il doit préciser son activité professionnelle et son année de naissance. Les agents publics peuvent spécifier s’ils sont fonctionnaires de catégorie active, fonctionnaires hors catégorie active, contractuels de la fonction publique ou militaire. Même s’il prend sa retraite après 2037, l’internaute né avant 1975 n’est pas concerné par la réforme. Pour les actifs nés après 1975 et avant 2004, leur retraite sera calculée avec les règles actuelles pour leur période d’activité comprise entre leur entrée dans la vie professionnelle et le 31 décembre 2024 et avec les futures règles pour la période courant à partir de 2025 (date de mise en oeuvre du système universel). À titre d’exemple, un fonctionnaire sédentaire né en 1975 qui a débuté sa carrière en 1995 percevra une pension calculée à 70% selon l’ancien système et à 30% selon le nouveau lorsqu’il liquidera ses droits à 62 ans. La retraite des actifs nés à partir de 2004 sera, elle, calculée à 100% d’après les futures règles.

 

Le simulateur permet également de consulter 36 cas types, dont 22 de fonctionnaires et 4 d’enseignants. Une fois que le projet de loi réformant les retraites sera présenté le 24 janvier 2020 en Conseil des ministres, une deuxième version du simulateur devrait permettre de mesurer l’impact de la réforme pour 150 situations individuelles. Ce chiffre sera porté à 300 situations, promet le gouvernement. Enfin une troisième version, exhaustive, sera proposée dans le courant de l’année.

 

 

Publication du 13 Janvier 2020

TSLR