Les fonctionnaires « surcotants » très gagnants

“ Depuis le 01/01/2004, les agents de la fonction publique peuvent bénéficient d’une « surcote » ”

Depuis le 1er janvier 2004, les agents de la fonction publique, qui partent à la retraite en ayant cotisé au-delà de la durée d’assurance (le nombre de trimestres requis pour percevoir une pension complète), bénéficient d’une « surcote ». Ce dispositif permet de majorer le montant des retraites de 1,25% par trimestre supplémentaire cotisé. Il s’avère très intéressant pour les fonctionnaires, comme le montre une étude de la direction des retraites et de la solidarité de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) diffusée le 23 avril 2018.

 

Les agents « surcotants » nés en 1950 touchent un gain moyen mensuel de 179,10 euros s’ils relèvent de la fonction publique territoriale (FPT), de 181,50 euros pour ceux issus de la fonction publique hospitalière (FPH) et de 234,50 euros pour la fonction publique d’Etat (FPE). En toute logique, plus la pension du retraité est conséquente et plus la surcote est élevée. Elle atteint ainsi en moyenne 245 euros chez les agents de la catégorie A (cadres) nés en 1950.

 

Plus précisément, le gain se situe en moyenne pour ces agents à 245,40 euros par mois s’ils appartiennent à la FPT, à 274,90 euros par mois à la FPH et à 276,10 euros par mois à la FPE. Pour autant, on trouve quasiment autant de fonctionnaires « surcotants » parmi les agents retraités de la génération 1950 à la FPE (27% de la cohorte) que dans la FPT (26,3%), tandis qu’ils sont proportionnellement nettement moins nombreux dans la FPH (13,1%).

 

 

TSLR

Publication du 18 juin 2018