Départ à la retraite : comment adapter son prélèvement à la source

“ Les futurs retraités ont la possibilité de moduler leur taux d’imposition ”

À l’image des autres retraités, le passage à la retraite a toujours constitué fiscalement un moment délicat pour les fonctionnaires. La première année, les ex-agents publics sont, en effet, encore imposés sur les revenus qu’ils percevaient quand ils travaillaient alors que leurs pensions représentent, selon leur carrière et leur niveau de primes, entre 50% et 75% de leurs anciens traitements. En d’autres termes : alors que leur niveau de vie s’est réduit d’un tiers, voire de la moitié, les fonctionnaires nouvellement retraités doivent s’acquitter du même impôt que lorsqu’ils étaient en activité. Un « effet ciseau » qui fait mal au portefeuille.

 

Toutefois, avec la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu (IR), il est possible d’éviter cette situation. Depuis le 1er janvier 2019, l’IR est « contemporain », c’est-à-dire qu’il est collecté « en temps réel » sur les revenus perçus et non plus avec un an de décalage. En outre, il est possible désormais de moduler son taux d’imposition en cours d’année. Une option fiscale spécialement conçue pour les contribuables qui connaissent une grande variation de revenus, comme les « néo-retraités » (qu’ils soient ou non issus de la fonction publique). Le taux d’imposition prélevé, chaque mois, sur les retraites est alors recalculé en prenant en compte le changement de situation du « jeune » pensionné.

 

 

Taux d’imposition personnalisé ou individualisé

Pour moduler son taux d’imposition, rien de plus simple. Il faut d’abord se connecter sur son espace particulier sur impots.gouv.fr. L’internaute doit ensuite cliquer sur « Gérer mon prélèvement à la source ». Un tableau de bord s’affiche alors dans lequel est mentionné le taux d’imposition en vigueur. Dans le cas de conjoints mariés ou de partenaires de Pacs déclarant en commun leurs revenus, celui-ci peut être « personnalisé » (commun aux deux membres du couple) ou « individualisé » (chacun dispose d’un taux calculé par rapport à ses revenus).

En dessous du taux d’imposition appliqué figure la mention « Actualiser suite à une hausse ou une baisse de vos revenus ». Il faut cliquer dessus. Un nouveau champ apparaît. L’internaute doit renseigner son lieu de résidence, si lui, son conjoint ou partenaire est titulaire d’une pension pour invalidité ou si l’un des deux télé-déclarants est titulaire de la carte d’ancien combattant ou d’une pension militaire d’invalidité ou de victime de guerre. Le nombre de personnes à charge ou rattachées au foyer fiscal (enfant majeur, proche handicapé ou dépendant…) doit également être précisé.

 

 

Nouveau taux prélevé deux mois plus tard

Après avoir cliqué sur le bouton « Continuer », l’internaute indique ses revenus perçus avant son départ à la retraite et éventuellement ceux que son époux, épouse ou partenaire devrait percevoir cette année. Par exemple, si le fonctionnaire part à la retraite fin mars, il mentionne le cumul de ses traitements perçus entre le 1er janvier 2019 et le 31 mars 2019 dans la case « 1AJ » et les salaires 2019 de son conjoint en case « 2AJ ».

Il doit ensuite ajouter sa nouvelle source de revenu en utilisant le moteur de recherche. Une fois qu’il aura sélectionné l’item « Pensions, retraites, rentes », il lui faut cliquer sur « Ajouter un revenu /une charge ». Une nouvelle ligne apparaît dans les revenus à déclarer. Dans la case « 1AS », l’agent doit indiquer le montant prévisionnel des retraites qu’il va toucher entre le 1er avril 2019 et le 31 décembre 2019. Il rappelle ensuite le montant de ses revenus de 2018, puis valide le relevé individuel bancaire (RIB) mentionné ou intègre son nouveau RIB.

Après validation, le taux d’imposition indiqué dans son tableau de bord a normalement changé. Dans le cas de notre fonctionnaire retraité, il doit être moins élevé. Le nouveau taux d’imposition est transmis à sa ou ses caisses de retraite dans le mois et sera prélevé sur la ou les pensions servies le mois encore d’après.

 

Source : https://retraitesdeletat.gouv.fr/portal/rest/jcr/repository/collaboration/sites/eppe/documents/guides-pas/PAS_retraite_modulation.pdf

 

 

Publication du 1er mars 2019

TSLR